Innovation & digital

5 règles de base pour piloter une transformation digitale

Avec la digitalisation, les entreprises sont face à un nouveau défi, celui d’orchestrer leur transformation. Big Data, réalité augmentée, intelligence artificielle, blockchain, .. un vocabulaire commun intègre les entreprises. Chaque individu à une expérience qui lui est propre et fonde ainsi ses connaissances sur sa capacité à en comprendre les enjeux. Les nouveaux territoires de la transformation ne concernent pas seulement certains départements, il s’agit de mettre en place une gouvernance qui implique la gestion des connaissances, les relations sociales, l’éthique et une vision de l’entreprise dans un changement en profondeur.

Un conseil, évitez l’approche purement instrumentale !!!

Bien trop souvent, les entreprises ont une approche purement instrumentale, ne se concentrant que sur des choix technologiques. Pourtant, une transformation digitale réussie place l’individu au centre et conduit à générer une véritable culture numérique au sein des structures. Celle-ci repose davantage sur la capacité à cultiver l’ouverture, à renouveler l’expérience de collaboration au sein d’une structure, et à intégrer “une “culture pirate”. Les règles sont faites pour être détournées!

Il est difficile de convaincre des dirigeants d’entreprise de mettre en place dans leur organisation une “culture pirate” n’est ce pas ? 🙂 Pourtant il s’agit bien de cela. La culture numérique est une culture qui engage les individus dans une autonomie de travail. La confiance en est la base ! C’est une culture qui transcende la culture d’entreprise et qui peut devenir hautement anxiogène si celle-ci n’est pas mise en oeuvre correctement. Le risque sera d’aboutir à un échec de sa transformation ou en tout cas à une pseudo-transformation qui n’aura pas atteint le sommet auquel elle prétendait.

5 règles de base à respecter pour piloter une transformation numérique :

1- Concevoir une stratégie drivée par la Data

Une transformation digitale doit toujours être impulsée par le plus haut. L’entreprise doit se lancer dans une réelle stratégie de contenu (et non de contenant!) au risque que le “tuyau” devienne plus important que ce qu’il y a dedans ! Cela peut paraitre évident mais pour concevoir une stratégie drivée par la Data et non pas par les technologies, il faut se poser un certains nombres de questions sur le contenu : Que vais-je faire avec? Quelle est l’histoire que je souhaite écrire avec mes clients et mes collaborateurs? Quelles sont les grands axes que je choisis? Quelles sont les expériences de vie qui façonnent mon entreprise?

2- Bâtir des communautés d’intérêts au sein des entreprises

Pour éviter les silos, il s’agit d’intégrer les relations en entreprise dans un univers “hybride” digital/physique. Les outils collaboratifs et opérationnels (suite Office, sirh, erp, crm …) doivent être pensés dans un écosystème digital qui soit représentatif de l’écosystème d’affaires de l’entreprise. Ce ne sont pas les individus qui doivent se plier aux outils mais l’inverse. Ce sont des projets très ambitieux et coûteux, aussi il vaut mieux se lancer sur une période de temps étalée dans laquelle l’entreprise va mettre en place un audit et un plan d’actions qui lui permettra de refondre son écosystème d’outils vers une plus grande interopérabilité.

3- Faire émerger des nouveaux profils techno/business users

Les spécialistes de la croissance sont développeurs et marketeurs. Les profils à la fois marketeurs et développeurs sont de plus en plus prisés pour mettre en oeuvre des technos innovantes et les commercialiser. Les méthodes Lean start up et autres nouveautés invitent les entreprises à assouplir leur règles et à apporter plus d’horizontalité dans la hiérarchie afin de laisser émerger ces nouveaux profils.

4- Garantir une expérience client réussie

Fédérer ses clients autour de soi en leur offrant l’expérience la plus satisfaisante revient à réussir à mettre en place une relation de confiance. Travailler son e-réputation est donc une tâche primordiale. Grâce aux analytics des sites web, aux social graphes et à des bases de données e-crm, il est possible d’extraire des informations destinées à comprendre son ou ses audiences. Ne pas confondre ces indicateurs avec des outils de croissance! Les analytics permettent de faire évoluer des produits et services grâce à des informations qui nécessiteront toujours une analyse humaine. Celles-ci ont néanmoins l’avantage de faire émerger des signaux faibles, difficile à voir autrement.

5- Encourager l’expérimentation et explorer de nouvelles technologies

L’innovation ne peut fonctionner en entreprise que si elle s’affranchit des règles pré-établies. Une structure qui se lance dans les technologies numériques a intérêt à mettre en oeuvre des règles souples pour garantir un bien être minimum à ses employés, au risque de générer des frustrations et la mise en place de nouveaux silos. Pour aider les employés à intégrer de nouvelles logiques de travail, l’entreprise peut mettre en place des projets pour diffuser des nouvelles méthodologies (srum master, agilité…), aider l’apprentissage grâce aux e-learning et à la réalité augmentée, créer des lieux physiques ou virtuels d’expressions et de détente.

Tags
Show More

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button
Close